Un homme sur 10 est touché par le Baby-blues, cette déprime qui survient après l’arrivée du bébé. Pour accompagner les jeunes papas à traverser cette période, la sophrologie peut être particulièrement adaptée. La sophrologue Catherine Aliotta a bien voulu répondre à nos questions à ce sujet.

Sophro Actu : Catherine Aliotta pouvez-vous nous expliquer ce qui caractérise le baby blues masculin ?

Catherine Aliotta : Chez les jeunes papas concernés par le baby-blues, on note très souvent une montée soudaine de l’anxiété. Ce flot émotionnel est en général lié à la prise de conscience de ses nouvelles responsabilités de père. Il peut arriver que les hommes ressentent beaucoup de pression à l’arrivée du bébé car ils craignent soudain de ne pas être à la hauteur ou de ne pas réussir à être sur tous les fronts (famille, couple, travail, etc.).

En plus de cela, le jeune papa est confronté au phénomène de fusion de la maman avec son enfant, et il peut avoir le sentiment d’être exclu de ce duo. La tristesse ou la déprime peuvent alors apparaître et se cumuler avec l’anxiété déjà présente chez lui.

S. A. : On parle souvent du baby-blues chez les jeunes mamans, mais très peu de celui des pères, comment cela s’explique ?

C. A. : Il est vrai que le baby-blues touche davantage les femmes que les hommes. On estime que 50 à 80% des femmes sont confrontées au phénomène, et selon les dernières études entre 4 et 10 % des hommes.

Cette différence est particulièrement liée aux bouleversements hormonaux auxquels sont confrontés les femmes juste après la naissance, et qui accentuent les changements d’humeurs. Ce qui ne signifie pas pour autant que la souffrance du papa est à mettre au second plan. Bien au contraire. Les pères ont une place et un rôle très important à jouer lors de l’arrivée d’un nouvel enfant et il est essentiel qu’ils se sentent bien pour l’accueillir dans les meilleures conditions.

Laisser un commentaire